Paisatg-e / Paisaj-e / Landscap-e / Paysag-e

AVRIL-JUIN 14

BULLETIN TRIMESTRIEL DE L'OBSERVATORI DEL PAISATGE - 41

L'OBSERVATEUR

Foto

L'Observatoire scanien du paysage

Ingrid Sarlöv Herlin
professeure de l'Université suédoise des sciences agricoles (SLU) d'Alnarp

La Scanie est le comté le plus méridional de Suède. C'est aussi l'une des régions dont la densité de population et la croissance sont les plus fortes. Elle se caractérise par des sols agricoles très productifs au sud, des zones forestières au nord, des plages de sable, de pittoresques villages côtiers et un paysage légèrement ondulé ou plat, riche en patrimoine culturel et attractif pour le tourisme estival. À l'ouest, près des principales villes, l'expansion urbaine et les usages agricoles sont en concurrence sévère en raison d'une forte demande en matière de logements, de routes et de développement entrepreneurial. Cette région, à l'origine danoise, fut rattachée à la Suède il y a plus de 350 ans après une période de guerre entre les deux pays. Aujourd'hui, son lien avec la culture danoise est encore perceptible dans l'architecture, dans le dialecte utilisé par les habitants et dans le nom des lieux. Le pont qui relie désormais la Suède et le Danemark a joué un rôle clé dans le rétablissement des liens entre les deux pays au cours de la dernière décennie, de nombreux citoyens l'empruntant quotidiennement pour se rendre au travail.

L'Observatoire scanien du paysage (www.landskapsobservatorium.se) a été créé en 2011, à l'initiative conjointe de plusieurs organismes : le Conseil administratif du comté (Länsstyrelsen et Skåne län), le Conseil régional de Scanie, l'Association des autorités locales scaniennes, la Fédération des agriculteurs suédois (LRF), l'Université suédoise des sciences agricoles (SLU, Sveriges lantbruksuniversitet) et la municipalité de Kävlinge. À l'heure actuelle, l'Observatoire fonctionne avec l'aide d'un comité et d'un directeur de rédaction, et se présente sous la forme d'un forum Internet consacré à l'observation et à l'analyse du paysage. Son principal objectif est de promouvoir le paysage comme voie de développement durable et de sensibiliser la population au paysage et à ses dynamiques. Comme indiqué sur son site Web, l'Observatoire s'est également fixé pour buts de favoriser le dialogue entre les différents acteurs du paysage, de renforcer le rôle du paysage dans la planification, de contribuer à changer la perception du paysage pour passer d'une vue statique à un processus ou système dynamique, et de développer le débat et l'interaction entre les intérêts urbains et ruraux.

Le site Web de l'Observatoire permet de collecter et de diffuser des connaissances par le biais de textes sur le paysage, et de mettre ainsi en relief la situation dans laquelle il se trouve aujourd'hui. Y sont publiés des articles concernant des recherches et des projets en cours, des statistiques, des analyses, etc., vus sous l'angle du paysage. Cette initiative est étroitement liée à la mise en œuvre de la Convention européenne du paysage, que la Suède a ratifiée et qui est entrée en vigueur en 2011.

Le département Planification, Gestion et Architecture du paysage de l'Université suédoise des sciences agricoles (SLU) d'Alnarp s'est récemment impliqué dans l'Observatoire scanien du paysage en menant une étude indépendante sur les perspectives de développement de celui-ci. La SLU réalise des tâches de contrôle et d'évaluation environnementale couvrant différents aspects, dont l'observation du paysage rural et urbain. Cela étant, la Convention européenne du paysage définissant celui-ci comme " une partie de territoire telle que perçue par les populations ", il est également essentiel de déterminer comment parvenir à une implication accrue de la population dans l'observation du paysage afin de répondre aux exigences de cette convention.

À l'exemple de diverses pages Web qui existent aujourd'hui en Suède et où le public peut introduire des informations concernant, par exemple, des espèces animales et végétales, la SLU envisage dans son étude la possibilité de créer un portail afin de collecter des informations quantitatives et qualitatives sur le paysage. Un tel portail permettrait notamment d'obtenir des données de référence utiles, tant en ce qui concerne les futurs changements du paysage que les comparaisons historiques. Cela permettrait d'identifier les dynamiques et de fournir une orientation en matière de gestion du changement à différents niveaux. Ce portail pourrait également être utilisé pour définir des objectifs de qualité paysagère et progresser dans l'évaluation des caractères paysagers, entreprise par le Conseil d'administration du comté en 2007.

La SLU étudie donc la façon dont un portail interactif consacré au paysage pourrait être organisé et utilisé pour collecter et fournir des informations concernant le paysage, sa planification, son utilisation et sa perception par la population, et comment il pourrait être lié à un Observatoire du paysage de portée plus vaste. À ce stade, les exemples européens sont essentiels, notamment celui de l'Observatoire catalan du paysage, qui est actuellement l'un des plus exhaustifs et l'un des plus élaborés d'Europe.

Ingrid Sarlöv Herlin, professeure de Planification du paysage du département Planification, Gestion et Architecture du paysage de l'Université suédoise des sciences agricoles (SLU) d'Alnarp

Observatori del PaisatgeRemarque : Ce bulletin est publié par l'Observatori del Paisatge. Si vous souhaitez vous y souscrire et le recevoir par e-mail, cliquez ici.

© 2020 Observatori del Paisatge / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64
http://www.catpaisatge.net / observatori@catpaisatge.net