Paisatg-e / Paisaj-e / Landscap-e / Paysag-e

JANVIER-FéVRIER 11

BULLETIN TRIMESTRIEL DE L'OBSERVATORI DEL PAISATGE - 27

L'OBSERVATEUR

Foto

Une politique européenne pour la recherche sur le paysage

Tom Bloemers
Professeur émérite de patrimoine archéologique et de paysages de l'Université d'Amsterdam

L'une des façons d'apprécier le paysage consiste à le considérer comme une source de recherche, d'action et d'innovation pour parvenir à une gestion durable allant au-delà de la division entre les différents secteurs et disciplines et entre les professionnels et le public. La communauté de chercheurs européens a démontré être consciente de l'importance de ce sujet, comme le reflète le rapport consacré à la recherche sur le paysage intitulé "Landscape in a Changing World. Bridging Divides, Integrating Disciplines, Serving Society" et publié dans la revue Science Policy Briefing, éditée par la Fondation européenne de la Science et le bureau COST (nº 41).

Pour allier recherche et action, il faut trouver la meilleure manière de relier la recherche sur le paysage à la politique et la pratique, et disposer de mécanismes efficaces pour la coopération entre les sciences physiques, les sciences humaines et les sciences sociales. Cette tâche doit compter avec le soutien de structures officielles générant et développant une compréhension interdisciplinaire du paysage, ainsi que des objectifs, théories et méthodes de recherche approuvés d'un commun accord et reposant sur ce paradigme d'intégration. Il est nécessaire de mettre en place des programmes de recherche recevant des subventions appropriées tant pour la recherche appliquée que pour la recherche fruit de la curiosité. Ainsi, la norme pour les prochaines générations de chercheurs sera la recherche interdisciplinaire orientée vers l'action.

Le futur programme européen de recherche sur le paysage propose quatre domaines principaux pour coordonner la recherche intégrée visant à relever des défis socioéconomiques et environnementaux actuels.

Thème 1 - Patrimoine universel : protéger le paysage en tant que bien commun. Le paysage est un bien commun. La plupart des principales aspirations de l'agenda politique, telles que les relations de bon voisinage, la qualité de vie, la durabilité et le patrimoine culturel, économique et environnemental, sont tirées du contexte environnemental et du caractère universel du paysage en tant que valeur humaine et bien social.

Thème 2 - Racines et itinéraires : faire face à la mobilité et aux styles de vie émergeants. Pour de nombreuses personnes, la sensation de faire partie d'un paysage a un lien avec la région où elles ont grandi et avec l'endroit où elles vivent et travaillent. Les perceptions transmises, importées et remémorées du paysage sont à chaque fois différentes en raison du nombre croissant de personnes qui émigrent dans d'autres régions ou qui s'y rendent quotidiennement. Le paysage sert de base à une réflexion sur la localité et sur la région, et il permet en même temps de comprendre ces changements et leurs effets.

Thème 3 - Réactions et résilience : transformations à long terme du paysage. En réalité, nous savons relativement peu de choses sur la mécanique précise avec laquelle les personnes se servent de leurs constructions mentales du paysage pour s'adapter aux transformations environnementales. La " construction " du paysage est une ressource essentielle pour interrompre, diriger ou faire face aux transformations, par exemple au moyen de stratégies de " changement et création " visant à gérer les transformations, à concevoir des paysages mieux appropriés et à protéger le paysage qui a été hérité.

Thème 4 - Feuille de route : le paysage comme point de départ et contexte du changement futur. La surveillance environnementale et la création de modèles de connaissances progressent très rapidement. Par ailleurs, pour être en mesure de prendre des décisions susceptibles d'avoir des répercussions sur les transformations futures, nous disposons de peu d'informations sur les conditions présentes et les trajectoires passées du paysage en ce qui concerne sa répercussion sur l'être humain, et nous savons peu de choses sur la façon dont le paysage a évolué jusqu'à son état actuel au moyen de l'intégration à long terme entre l'être humain et l'environnement.

Le rapport se termine par plusieurs recommandations visant à mettre en place une approche plus détaillée, un forum et un programme européen de recherche permettant de mettre ses propositions en pratique.

Les connaissances en tant que produit de l'information de l'expérience, des capacités et des attitudes peuvent être générées par tous, professionnels et public. Pour cela, nous avons besoin d'une " communauté de pratique " allant au-delà des frontières traditionnelles et associant la recherche et l'action grâce a la sensation d'urgence et à la volonté de mettre en place des stratégies nouvelles.

Tom Bloemers Professeur émérite de patrimoine archéologique et de paysages de l'Université d'Amsterdam. Directeur du Programme pour la protection et le développement du paysage archéologique et historique hollandais (Conseil national de la Recherche des Pays bas, 2000-2010).

(1) Tom Bloemers; Henk Kars; Arnold van der Valk; Mies Wijnen (2010). The Cultural Heritage & Landscape Paradox. Protection and Development of the Dutch Archaeological-Historical Landscape and its European Dimension. Amsterdam: Amsterdam University Press, Landscape & Heritage Studies. ISBN 978 90 8964 155 7.

Observatori del PaisatgeRemarque : Ce bulletin est publié par l'Observatori del Paisatge. Si vous souhaitez vous y souscrire et le recevoir par e-mail, cliquez ici.

© 2020 Observatori del Paisatge / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64
http://www.catpaisatge.net / observatori@catpaisatge.net